logo puissance 2d

Societe
24/11/2017

Banques alimentaires : faites vos dons ce week-end à l’occasion du black friday

Alors que nous sommes inondés d'informations commerciales pour profiter de réductions dans le cadre du "black friday", on peut dire que c'est le moment aussi de lancer le black friday au profit des Banques Alimentaires. Ce week-end en particulier, de nombreux bénévoles vont faire appel à vos dons alimentaires, avec l'aval de grandes et moyennes surfaces. Objectif : 24 millions de repas pour les personnes démunies grâce à la collecte nationale des Banques Alimentaires les 24 et 25 novembre. Focus sur la Banque Alimentaire du Loiret...

La précarité reste une réalité pour près de 9 millions de personnes. Autant dire que la Collecte Nationale des Banques Alimentaires, ces 24 et 25 novembre, voire ce dimanche 26, est un moment important pour impliquer le plus de monde possible et répondre à l’objectif de procurer de quoi réaliser 24 millions de repas.

Objectif 24 millions de repas  : une aide indispensable pour les plus précaires

 

En 2016, 4,8 millions de personnes ont eu besoin du soutien des associations d’aide alimentaire. « Pour le réseau des Banques Alimentaires, la Collecte Nationale est avant tout un grand rendez-vous solidaire qui permet de collecter en 2 jours, 12.000 tonnes soit 24 millions de repas. Grace à la générosité de tous, la Collecte Nationale est le complément indispensable pour assurer notre mission », déclare Jacques Bailet, Président du réseau des Banques Alimentaires.

La collecte nationale mobilise plus de 130.000 bénévoles répartis sur trois postes clés que sont : la collecte en magasin, le ramassage des denrées alimentaires et le centre de tri.

"En 2016, sur 2 jours, la Banque Alimentaire du Loiret a collecté 100 tonnes de denrées sur le département dans une soixantaine de magasins, ce qui a rendu possible 200.000 repas", explique la présidente Monique Fantin à des jeunes en service civique chez GRDF pour l’opération Civigaz, et qui vont se joindre aux bénévoles pour la collecte de ce week-end.
(Photos Patrice Dézallé)


Des Banques Alimentaires recherchent des bénévoles pour participer à cet événement. Pour devenir Gilet orange, le temps de la collecte, n’hésitez pas à contacter la Banque Alimentaire la plus proche de chez vous ou à vous inscrire sur le site
www.giletsorange.fr
Si c’est trop tard pour cette année, ce sera pour les prochaines fois.

Dans le Loiret, la Banque Alimentaire départementale bénéficie notamment du renfort de jeunes en service civique chez GRDF pour l’opération Civigaz
*. C’est une première cette année.
Ce vendredi,
Monique Fantin, présidente de la Banque Alimentaire du Loiret, leur a fait visiter la plateforme de 2.500m² dont 2.000m² pour le stockage, située dans la zone industrielle d’Ingré, rue Lavoisier.
Ce en présence notamment de
Patrick Lancelin, directeur territorial GRDF Loiret, et de Christian Dumas, maire d’Ingré et aussi vice-président d’Orléans-Métropole.

Il faut savoir que GRDF est partenaire de la Banque Alimentaire du Loiret depuis 2009 et la soutient grâce à une aide matérielle. Le personnel est d’ailleurs incité à participer à cette grande collecte.

S’il risque d’être trop tard pour rejoindre les bénévoles, en revanche, il n’est pas trop tard - bien au contraire - pour ajouter ce week-end à vos paniers de course de quoi redistribuer.
Les Banques Alimentaires ont un objectif à la portée de tous : augmenter les dons en produits secs à durée de conservation longue, à forte valeur ajoutée nutritionnelle pour venir compléter le frais qu’elles distribuent chaque jour.

 

"Tout est tracé par un système de gestion de stocks. Notre plateforme logistique est très professionnalisée. Nous respectons notamment la sécurité alimentaire, la sécurité au travail, et la chaîne du froid", souligne Monique Fantin.

L’an dernier, la Banque Alimentaire du Loiret a collecté quelques 1.300 tonnes de produits, dont une cinquantaine de palettes de surgelés. Il faut donc trouver des entreprises partenaires pour en accueillir une partie car les congélateurs sur la plateforme départementale située à Ingré ne suffisent pas. Et même si une filiale a été ouverte l’an dernier sur Montargis.
Ces marchandises sont ensuite distribuées au CCAS (centres communaux d’action sociale) et à des associations. Environ un tiers va aux 70 CCAS, et le reste à une trentaine d’associations, qui sont donc les principaux destinataires.
La distribution se fait en fonction des commandes passées au moins 48 heures à l’avance, et en tenant compte des capacités de stockage des uns et des autres. Les retraits se font généralement sur place.
Depuis plusieurs années, ce sont quelque 16.000 personnes qui bénéficient des colis préparés par ces structures. Ce nombre reste constant. Difficile de savoir si la demande est potentiellement plus importante. Il correspond aussi aux capacités actuelles de collecte et de stockage. Or, "on est au maximum de nos possibilités", confie Gérard Naltet, responsable de l’entrepôt et vice-président de l’association.
Ce que confirme Christian Dumas, maire d’Ingré et vice-président d’Orléans-Métropole. "Au CASS d’Ingré, la capacité répond aux beoins. S’il y avait plus de demandes, on s’organiserait en conséquence".
 
Il faut dire que les volumes collectés ont presque triplé en une quinzaine d’années, pour arriver à 1.300 tonnes dans l’année actuellement. Il y a beaucoup plus de produits frais et beaucoup plus de stockage. De quoi occuper largement aussi une quarantaine de bénévoles, dont la moitié est active chaque jour.
En dehors des opérations nationales comme celle de ce week-end, les dons proviennent même de producteurs locaux. Cette année, ils écoulent utilement une production excédentaire de butternut et de pommes de terre.
La Banque Alimentaire a par ailleurs contractualisé avec de gros logisticiens. En particulier avec Amazon (qui fait désormais de l’alimentaire), STEF, l’Etoile Routière, ou Codifrance, à Châteauneuf-sur-Loire. Près du quart des produits frais proviennent de ce grossiste.
La Banque Alimentaire s’engage à récupérer ces produits qui, auparavant, partaient généralement à la poubelle.

"C’est une mission d’intérêt général que nous assumons", souligne Monique Fantin.
L’association dispose d’un budget annuel de
250.000€, mais elle a des frais de fonctionnement, même si la plateforme est mise à disposition gracieusement par le Département. Il y a des camions à faire tourner, et il y a six salariés dont trois en CDI. Les contrats aidés et le mécénat complètent les autres ressources pour assurer l’équilibre.
"Au final, nous avons calculé que tout ce travail, avec celui des bénévoles et la lutte contre le gaspillage, est valorisé à 4,4 millions !" indique Monique Fantin.

Depuis 2009, GRDF, entreprise socialement responsable, est partenaire de la Fédération française des Banques Alimentaires, pour permettre à des populations fragilisées de vivre plus dignement. 
La FFBA c’est 102 Banques Alimentaires et antennes, réparties dans 10 régions. C’est aussi plus de 5.000 bénévoles et près de 500 salariés.
100.000 tonnes de denrées sont distribuées, dont plus de 60% sauvées auprès des industriels, des Grandes et Moyennes Surfaces.
Environ 200 millions de repas sont ainsi servis par l’intermédiaire de 5.300 associations et CCAS.

Le partenariat entre GRDF et la Banque Alimentaire est décliné localement, en particulier dans le Loiret. "Nous apportons une aide financière, nous prêtons un camion, certains de nos salariés participent à la collecte nationale, et nous avons aussi établi une relation avec l’association orléanaise des jardins ouvriers pour récupérer des légumes", récapitule Patrick Lancelin, directeur territorial dans le Loiret.
L’aide financière a contribué à l’acquisition d’un gerbeur sur le site de Montargis, et à la mise en place d’un système de filmage de palettes sur la plateforme d’Ingré (notre photo), très ergonomique et très pratique.
 

Patrice Dézallé

 *Civigaz est un programme national lancé par la Fondation Agir contre l’exclusion (FACE) et GRDF, visant à sensibiliser les personnes en situation de précarité énergétique aux éco-gestes et à la sécurité des installations intérieures au gaz naturel. Dans la région Centre-Val de Loire, il est déployé dans la métropole d’Orléans pour une seconde édition cette année, à partir de mi-novembre.

Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

UN EMPLOI ?

Suivez-nous