logo puissance 2d

Societe
09/04/2017

Baptiste Dubanchet est parti affronter l’Atlantique à la force des mollets !

Baptiste Dubanchet s'est élancé ce dimanche 9 avril pour sa traversée de l'Atlantique en pédalo, d'Agadir (Maroc) à la Martinique, via les îles Canaries. Durant cette aventure, Baptiste se nourrira exclusivement d'aliments dits « périmés », son objectif étant de sensibiliser le public contre le gaspillage alimentaire. Après avoir déjà parcouru plus de 2 500 km à vélo, entre Paris et Gibraltar, le jeune homme s'attaque donc à la deuxième phase de son périple. Quelques jours avant son départ, il nous a livré ses impressions avant le grand saut dans l'inconnu...

 


 

Cette fois, c’est parti ! Baptiste Dubanchet n’a pas chômé pas durant les derniers jours qui ont précédé son départ. Il a finalement largué les amarres de son pédalo à Agadir ce dimanche, cap sur les Canaries.

Il effectuera alors une escale pour prendre un peu de repos et faire un premier retour d’expérience avec le gros morceau de sa traversée vers la Martinique, où il prévoit une arrivée fin juin.

Du point de vue technique, tout est fin prêt pour la grande aventure atlantique.
Pour s’acclimater et finaliser sa préparation, Baptiste a déjà dormi près d’un mois dans son pédalo à quai. «  J’ai passé beaucoup de temps à faire des tests d’envois de vidéos car l’objectif est aussi de partager l’aventure une fois en mer », explique-t-il.

Dans cette optique, il a installé une grande antenne Fleet, similaire à celles que l’on observe sur les bateaux de course au large, qui lui permettra d’envoyer des fichiers vidéo relativement lourds. Il sortira cette antenne quand les conditions météo le permettront.

« J’irai jusqu’au bout ! »
La tension est forcément montée à l’approche du départ mais Baptiste Dubanchet est resté calme et serein. Pour mieux appréhender son défi maritime, il a notamment pu compter sur la visite et le précieux soutien de Jean-Gabriel Chelala.

Parrain de son projet, Jean-Gabriel avait effectué en 2009 la traversée de l’Atlantique sur ce même pédalo, qui n’a au passage évidemment rien à voir avec les engins de plage que nous sommes habitués à voir. Il s’agit d’une embarcation de 7,50 mètres de long permettant notamment de stocker 100kg de nourriture, une couchette, des vêtements, un système de désalinisation d’eau et donc une grande antenne Fleet.

Baptiste Dubanchet se confiait à quelques jours de son saut dans l’inconnu : « Je me suis peu entraîné à bord mais j’ai vu que le pédalo tenait le coup. J’espère que je résisterai physiquement. J’ai eu une bonne mise en jambe grâce au premier périple en vélo, entre Paris et Gibraltar. Je m’en sens capable, tout en étant conscient qu’il y a aussi un facteur chance important dans ce genre de défi.
De toute façon, une fois à bord, je n’aurai plus le choix, j’irai jusqu’au bout ! Je me sens bien mentalement. Je n’ai jamais été seul aussi longtemps mais cela ne m’inquiète pas. J’aurai bien d’autres soucis en tête : gérer la navigation, manger à ma faim : le jour où je m’ennuierai, ça sera bon signe, cela voudra dire que je n’aurai pas d’autres problèmes plus importants ! »

Porter un message fort pour dénoncer le gaspillage alimentaire
Baptiste Dubanchet, par ailleurs jeune diplômé d’un Master en Développement Durable, part pour la bonne cause. A travers sa performance sportive, à la force des mollets sur terre et en mer, il souhaite démontrer que les inscriptions « à consommer de préférence avant le », appelées Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO), sont inutiles sur certains aliments comme le riz, les lentilles, le miel ou encore le chocolat.

 

Ainsi, des aliments dont la DLUO est dépassée demeurent tout à fait consommables sans prendre de risque pour la santé. Pour le prouver, Baptiste se nourrira exclusivement de produits alimentaires dits « périmés », et donc destinés à finir à la poubelle. Il aura également recours à la lyophilisation pour pouvoir conserver et utiliser certains de ces aliments.

Baptiste a lancé une pétition sur Internet qui a recueilli 794 signatures à ce jour.
N’hésitez pas à la signer à votre tour
ici.

A noter enfin que s’il mène à bien sa traversée de l’Atlantique en pédalo, Baptiste retrouvera son vélo pour un troisième et dernier défi entre Miami et New York, où il espère arriver fin septembre, en ayant prouvé que les aliments périmés peuvent fournir énormément d’énergie…

 

Suivez Baptiste Dubanchet durant son périple contre le gaspillage alimentaire (cliquez sur la cartographie)

 

L’embarcation
L’embarcation de 7,5m emportera avec elle 100kg de nourriture, une couchette et un système de désalinisation d’eau.

Baptiste en quelques mots
Baptiste Dubanchet est né à Bourges en juillet 1988. A La Rochelle, il a décroché un Master en Développement Durable en 2012. En 2014, il a réalisé un premier voyage de 4.000 km à vélo en s’alimentant avec des aliments destinés à la poubelle dans 7 pays européens. Il a été chargé de mission gaspillage alimentaire à la SEPANT Société d’Étude de Protection et d’Aménagement de la Nature en Touraine (à Tours).

Lutte contre le gaspillage alimentaire

Baptiste souhaite démontrer par sa performance sportive que les inscriptions « à consommer de préférence avant le », appelées Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO), sont inutiles sur certains aliments comme le riz, les lentilles, le miel ou le chocolat. Il souhaite faire signer un pétition pour faire retirer les DLUO et mobiliser les gens dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.

En mer, il va manger du lyophilisé préparé avec des produits récupérés. Le but ultime du natif de Bourges est de démontrer que le lyophilisé peut être utilisé sur la majorité des aliments et dans la vie quotidienne.

 

© La Faim du Monde

Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

Suivez-nous