logo puissance 2d

expositions
31/05/2017

Ces substances toxiques qui nous empoisonnent au quotidien : exposition à Lyon jusqu’au 7 janvier 2018

Si certaines substances toxiques répandues dans nos foyers ont été identifié, telles que le plomb ou l’amiante, leurs effets perdurent au-delà de leur interdiction. Par ailleurs, les révolutions industrielles et chimiques ont participé à répandre des polluants plus diffus nous exposant chaque jour à petites doses.

Grâce aux travaux scientifiques, le constat de l’ampleur des pollutions environnementales et de leurs impacts sanitaires mobilise la société civile et, de ce fait, interroge les pouvoirs publics pour imposer des normes de plus en plus contraignantes.
De nombreuses controverses opposent industriels, scientifiques, associations, lobbyistes, aux intérêts divergents.

Le saviez-vous ?

L’organisme des enfants absorbe 3 fois plus de plomb que celui des adultes. Du plomb est contenu dans les peintures murales anciennes qui s’écaillent ou dans certains jouets. Portés à la bouche par les enfants ils constituent la source principale de contamination au plomb.

 

Le plomb

Le plomb est l’un des métaux les plus anciennement exploités : facile à extraire, très malléable, il est utilisé dès l’âge du bronze et jusqu’à nos jours.

Le plomb contamine par d’infimes doses accumulées, causant de graves problèmes de santé et des troubles neurologiques, dont le saturnisme.

La fabrication et l’utilisation de ce produit non biodégradable ont aussi contribué à l’augmentation de la pollution environnementale.

Bien que pressenti toxique dès l’Antiquité, le plomb a très probablement empoisonné les Romains : ils l’utilisaient comme vaisselle, se maquillaient avec de la céruse ou sucraient le vin avec de l’acétate de plomb.

Pourtant ce métal restera utilisé massivement, notamment aux 19ème et 20ème siècles, dans les canalisations, la peinture, l’essence…

Il est interdit dans les réseaux d’eau courante en 1995. Même si son utilisation a été réglementée, voire interdite, on dénombre toujours des milliers de cas annuels de saturnisme en France.

Les poisons du 21e siècle

La révolution industrielle est étroitement liée à l’évolution démographique et à l’urbanisation. Si elle a apporté des bienfaits considérables, elle a également engendrée l’utilisation massive des ressources énergétiques non renouvelables (charbon, pétrole, gaz) et entraînée des problèmes majeurs de pollution atmosphérique.

La production du CO2, le principal gaz à effet de serre associée au changement climatique, aura un effet très important à terme sur la santé des populations.

La révolution chimique du 20ème siècle a empli notre environnement de nouvelles substances toxiques qui agissent sur des temps très longs.

Nous sommes quotidiennement exposés à des milliers de molécules chimiques, à faibles doses, mais à effet cumulatif voire synergique : matières plastiques, solvants, peintures, emballages, notamment alimentaires, conservateurs, etc.

Les poisons nous renvoient à des choix de société. Les mêmes mesures qui sont destinées à protéger les personnes provoquent à la fois une gêne et un coût pour le reste de la population.
Ce dilemme se pose aujourd’hui dans de nombreuses situations environnementales.

Musée des confluences à Lyon
Exposition depuis le 15 avril 2017 jusqu’au 7 janvier 2018

Ouverture du musée
Du mardi au vendredi de 11 h à 19 h
Samedi et dimanche de 10 h à 19 h
Jeudi nocturne jusqu’à 22 h

www.museedesconfluences.fr/ fr/informations-pratiques
Tarifs
Entrée 9 euros pour l’ensemble des expositions, gratuité enfants moins de 18 ans et étudiants moins de 26 ans.
www.museedesconfluences.fr/ fr/tarifs-expositions
Réservation et informations
04 28 38 12 00
Du lundi au vendredi de 10 h à 17 h
Billetterie en ligne : www.museedesconfluences.fr/ fr/billetterie-reservation-0

Salle 12 – 712 m²
www.museedesconfluences.fr
www.venenum.fr

 

Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

Suivez-nous