logo puissance 2d

expositions
04/01/2017

Document du mois : le peintre montargois Anne-Louis Girodet-Trioson à l’honneur

Dans le cadre du 250e anniversaire de la naissance du peintre montargois Anne-Louis Girodet-Trioson, le 29 janvier 1767, les Archives départementales du Loiret présentent au public une de ses lettres autographes.

Ce document écrit à Paris et datant du 26 Germinal An X (16 avril 1802), est adressé à son ami Ange-René Ravault. Dans cette lettre, Anne-Louis Girodet s’adresse à Ange-René Ravault, peintre d’histoire demeurant à Pithiviers.

Ce dernier a notamment réalisé en 1790-1791 la fresque Le concert des anges, qui orne le choeur de la chapelle de l’ancien Hôtel-Dieu de Pithiviers.
Dans cette lettre, Girodet confirme à son ami Ravault l’envoi de moulages de huit pieds, trois bras et une main pour servir de modèles à un tableau.

Anne-Louis Girodet de Roucy dit Girodet-Trioson est né le 29 janvier 1767 à Montargis. Il passe son enfance dans sa ville natale. Aussi doué pour le violon que le dessin, il choisit la peinture et rejoint en 1785 l’atelier de Jacques-Louis David dont il est l’un des élèves les plus talentueux.

À Paris, il est protégé et aidé par le docteur Trioson, un proche ami de la famille qui l’adopte en 1809 (après le décès de son père en 1784 et de sa mère en 1787).
À partir de cette date le peintre accole Trioson à son patronyme, qui devient Girodet de Roucy-Trioson, simplifié en Girodet-Trioson.

Il obtient le prix de Rome en 1789 et s’installe quelques années en Italie puis regagne Paris en 1795. Il y peint plusieurs tableaux majeurs dont le portrait de Jean-Baptiste Belley en 1797, Mademoiselle Lange en Danaé en 1799, un portrait de Napoléon Bonaparte en 1802, la Leçon de géographie en 1803, les Funérailles d’Atala en 1808 et le portrait de François-René Chateaubriand méditant sur les ruines de Rome en 1809.

Elu à l’Académie des Beaux-Arts en 1815, il se consacre au portrait (dont le fils du docteur Trioson), puis à la littérature. Anne-Louis Girodet-Trioson décède à Paris le 9 décembre 1824 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

Son coeur repose dans une urne, dans l’une des chapelles du choeur de l’église Sainte-Madeleine de Montargis.

À propos du document du mois des Archives
Chaque mois, les Archives départementales du Loiret proposent de partager leurs trouvailles et d’ouvrir une fenêtre sur l’Histoire grâce à un document sélectionné et commenté.
Précieux, emblématique ou insolite, il témoigne de l’histoire du Département, celle du Loiret mais aussi des événements qui ont marqué la France.
Chaque document est désormais visible dans le hall du site des archives historiques et généalogiques, 6 rue d’Illiers à Orléans, le mardi et vendredi de 9 h à 17 h et le mercredi de 9 h à 13 h ou sur www.archives-loiret.fr

Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

Suivez-nous