logo puissance 2d

En Bref

Changements climatiques : C DC Biodiversité fédère les experts autour de l’efficacité prouvée des solutions basées sur la nature

Pourquoi investir sur les solutions basées sur la nature ? Pour répondre à cette question , CDC Biodiversité réunissait le 22 novembre 2017 plus de cent-quatre-vingts participants et dix intervenants du monde scientifique, des organisations non gouvernementales et des entreprises.
Ce rendez-vous avait pour objectif de préciser les opportunités que peuvent apporter ces solutions par rapport aux infrastructures traditionnelles.
Construire de nouvelles digues ou restaurer des zones humides ? Développer des jardins pluviaux ou augmenter le volume des canalisations ? Outre le souhait de préserver la nature, le s experts convergent, les solutions basées sur la nature sont aussi une réponse efficace d’un point de vue économique pour faire face aux changements climatiques et à la durabilité de nos systèmes de production.
Selon Laurent Piermont, Président de CDC Biodiversité, « les solutions basées sur la nature sont économes en énergie et en intrants chimiques. Tous les experts présents convergent pour dire qu’elles sont flexibles et ont été éprouvées depuis des millions d’années. De nombreux consommateurs les préfèrent. Elles peuvent sans doute occuper une place dans l’économie. »

Les solutions basées sur la nature sont plus rentables et génèrent plus d’emplois non délocalisables. La nature apporte des solutions face à de nombreuses situations : changements climatiques, risques naturels, gestion de l’eau, production alimentaire, etc., qui sont souvent porteuses de nombreux bénéfices, tant d’un point de vue environnemental, social qu’économique.
Cependant, leur mise en œuvre opérationnelle nécessite d’interroger leur pertinence économique à travers l’analyse comparative des coûts et des bénéfices face aux solutions traditionnelles.

Marc Barra (Natureparif-IAU), les infrastructures vertes coûtent généralement moins cher que les grises .
D’après les premiers résultats d’une étude, on montre par exemple que pour différents revêtements de voiries, les coûts d’un revêtement imperméable (solution grise) représentent, sur 30 ans, en termes d’investissement et d’entretien, un budget de 103 €/m2 pour la collectivité alors que des solutions vertes représentent un budget d’environ 32 €/ m2 pour un mélange terre - pierre ou 55 €/m2 pour des dalles enherbées.

Thomas Binet, directeur du bureau d’étude spécialisé en économie de l’environnement Vertigo Lab , précisait que les solutions fondées sur la nature permettent d’optimiser les financements publics, facilitent la concertation et sont générateurs d’emplois : « « 1 million d’euros investis dans la préservation de la biodiversité génèrent en France 19 emplois, pour la plupart non délocalisables ».
Toutefois, le passage à l’action à grande échelle pour leur mise en œuvre pose de nouvelles questions qui ont été soulevées par les intervenants, notamment la problématique des garanties , comme l’a souligné Egis.
Dans ce contexte, l’idée de doter la France d’un incubateur sur les solutions fondées sur la nature a été mise en avant comme porteuse d’avenir.

A propos de CDC Biodiversité :

CDC Biodiversité est une filiale du groupe Caisse des Dépô ts entièrement dédiée à l’action, établie dans la durée, en faveur de la biodiversité. Elle intervient pour le compte de maîtres d’ouvrage publics et privés, qui lui délèguent le pilotage de leurs actions, volontaires ou réglementaires (compensation), de r estauration de la biodiversité et de gestion d’espaces naturels et paysagers.
En proposant un service sur mesure, CDC Biodiversité construit des projets collectifs de territoire, favorisant la cohérence écologique, impliquant les acteurs clés locaux, dans une démarche de concertation et assurant un suivi sur le long terme.
CDC Biodiversité conduit par ailleurs la Mission Economie de la Biodiversité de la Caisse des Dépôts qui contribue activement à innover, en France et à l’international, sur ces problématiques en menant des travaux de recherche qu’elle publie régulièrement dans la lettre d’information Biodiv’2050.

Les adresses pour consommer local

UN EMPLOI ?

Suivez-nous