logo puissance 2d

l’Espace EDF
07/11/2016

La Boule à la centrale nucléaire de Chinon mise en lumière : un patrimoine industriel à visiter

Régis Clément, directeur de la centrale nucléaire de Chinon et Didier Godoy, maire de la commune d’Avoine, inaugurent la mise en lumière de l’ancienne unité de production EDF1, surnommée la « Boule », à Chinon, ce mardi 8 novembre à 19 heures. À partir de cette date, la Boule sera éclairée tous les soirs. Un spectacle lumineux sera également projeté sur la sphère deux jours par semaine, à la tombée de la nuit, les mercredis et samedis.

La mise en lumière de la « Boule » de Chinon, le musée de l’atome au sein de la centrale nucléaire d’Indre-et-Loire, est inaugurée ce mardi 8 novembre.

PROGRAMME
Mardi 8 novembre 2016 à La Boule, entrée Nord
19h10 - Discours d’ouverture (Régis CLEMENT)
19h20 - Lancement de la mise en lumière (Didier GODOY)
19h30- Présentation du projet (Frédéric CASANOVA)
19h45 - Spectacle
20h30 - Fin de la manifestation

Un peu d’histoire
EDF1, Chinon A1 ou la Boule…
Le premier réacteur nucléaire à usage civil de France, construit par EDF, a eu plusieurs noms et plusieurs fonctions au cours de l’histoire.

 Cette imposante sphère qui culmine à 47 mètres de hauteur au coeur du Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, sur la commune d’Avoine en Indre-et-Loire (Indre-et-Loire), à mi-chemin entre Tours et Angers, a été transformée en musée de l’atome.
Construit à partir de 1957, le réacteur "EDF1", en forme de sphère de 55 mètres de diamètre, a produit ses premiers kWh d’électricité d’origine nucléaire en juin 1963.
Mis à l’arrêt en 1973, le réacteur est alors transformé en Musée de l’atome en 1986.
En 2011, le musée est fermé pour procéder à des travaux de rénovation et de mise aux normes.
Le 19 juin 2015, la “Boule” rouvre ses portes au public.

Doté d’une nouvelle rampe d’accès, il est désormais accessible aux personnes à mobilité réduite et sa signalétique modernisée propose aux visiteurs un voyage dans l’histoire du site et les technologies développées sur le site de Chinon.

À l’intérieur du musée, le visiteur découvre tout d’abord l’histoire puis le fonctionnement des premiers réacteurs nucléaires civils à graphite gaz.
Il entre ensuite en salle des commandes où les pupitres de pilotage sont restés intacts.
Le visiteur pénètre enfin au coeur du réacteur et peut monter au sommet de la Boule où, à travers des hublots, il peut profiter d’une vue exceptionnelle sur la centrale de Chinon et sur la ville de Saumur.

Des réacteurs arrêtés et en cours de déconstruction
La centrale nucléaire de Chinon est située dans la commune d’Avoine, en Indre-et-Loire. Composée de quatre unités, elle produit en moyenne 25 TWh par an, soit 6 % de la production nucléaire française.
Quotidiennement, ce sont près de 2.600 hommes et femmes qui oeuvrent à la production en toute sûreté d’une électricité compétitive et faiblement émettrice de CO2.
Le site de Chinon a également exploité trois réacteurs appartenant à la filière UNGG (Uranium Naturel Graphite Gaz), Ils ont été mis en service de 1963 à 1966 et arrêtés de 1973 à 1990.
Tous ces réacteurs sont aujourd’hui arrêtés et en cours de déconstruction.

La Boule inaugure l’ère nucléaire

Le 14 juin 1963, EDF délivre ses premiers KWh d’origine atomique. Théâtre de cette fission historique, la centrale nucléaire de Chinon, dont le premier réacteur est surnommé « La Boule », référence faite à sa forme sphérique.

Dix ans durant, EDF 1 a produit 2.512.000 KWh d’électricité avant d’être mis en sommeil le 13 avril 1973, puis transformé en « Musée de l’atome » dans les années 80.
La centrale de Chinon, elle, a poursuivi sa route.
Aujourd’hui, ses quatre réacteurs à eau pressurisée produisent près de 6 % de l’ électricité française d’origine nucléaire.

La « Boule », fleuron de l’héritage du patrimoine industriel


« La Boule » est considérée comme un fleuron de l’héritage du patrimoine industriel national. Le site de Chinon, berceau du nucléaire civil a en effet accueilli EDF1, le premier réacteur nucléaire français, doté d’un design exceptionnel.
Témoin d’une histoire technologique faite d’innovations sans cesse renouvelées, le site de Chinon est fier d’accueillir la Boule, élément structurant du paysage « chinonais ».
Avec la mise en lumière de La Boule, EDF propose au grand public et aux amateurs de patrimoine industriel de découvrir une autre facette de Chinon.
La Boule accueille en moyenne 2.000 visiteurs sur les 6.000 personnes qui visitent les installations de la centrale de Chinon tous les ans.

EDF, référence dans le tourisme industriel
EDF est la 2e entreprise la plus visitée de France. (source : classement Observatoire de l’Association de la Visite d’Entreprise – 2014)
En 2015, EDF a accueilli 430.000 visiteurs dans 120 sites de production d’électricité.
Tout au long de l’année, EDF accueille le grand public dans 48 espaces « découverte », situés à proximité des centrales nucléaires, hydrauliques et thermiques.
47 espaces « découverte » sont accessibles aux personnes à mobilité réduite ou vivant avec un handicap visuel ou auditif. Cinq bénéficient déjà du label « Tourisme Handicap ».
Plus de 500 animations scientifiques et conférences à thème ont été proposées en 2015 dans les espaces « découverte » d’EDF.
La visite de ces espaces et les animations qui y sont proposées sont gratuites.

Technique de mise en lumière


L’illumination d’EDF1 est une prouesse technique en raison de l’imposante taille de la « Boule ».
Le recouvrement de la sphère atteint quasiment le sommet et s’étend à 260° (la partie non éclairée est cachée côté Loire). Chaque illumination est unique et crée un effet de surprise permanent.
Les architectes de lumière Guy Garcia, originaire de la ville de Chinon, et les Ateliers Frédéric Casanova, ont été retenus pour réaliser cette opération exceptionnelle.
La scénographie se compose d’un éclairage fixe avec des variations de couleurs très contrastées mettant en valeur la forme parfaite de la sphère.
Le spectacle se poursuit par un spectacle animé, déclinant une quinzaine de tableaux différents, composés de mouvements d’eau et de constellations d’étoiles.
Ainsi, la « Boule » se métamorphose : planète Terre vue d’un satellite avec ses océans en mouvement, planète déserte offrant des paysages lunaires ou profusion de paillettes qui embrasent le ciel…
Ce spectacle met en scène la Boule de Chinon, planète vivante dans un environnement d’exception.

Les acteurs du chantier

- Le maître d’oeuvre : CITELUM
EDF est le maître d’ouvrage et le financeur du projet. La maîtrise d’oeuvre a été confiée à CITELUM, filiale du groupe EDF, spécialisée dans le domaine de l’éclairage public et de monuments (Tower Bridge à Londres, Maison-Blanche à Washington, pont Charles à Prague, etc.).
- Ateliers FCS et Guy Garcia : architectes de lumière L’architecture de mise en lumière a été confiée à l’Atelier FCS
- Frédéric Casanova studios, disciple de Jean Nouvel, qui a également réalisé la mise en lumière de la Géode, à Poitiers.
Guy Garcia, ingénieur associé de Frédéric Casanova, a conçu l’étude technique de cette sphère aux dimensions imposantes.

 

La Boule se visite

En raison de sa localisation sur une Installation Nucléaire de Base (INB), la Boule ne peut être visitée que sur inscription préalable.
Le centre d’information du public (CIP) de la centrale de Chinon, organise et commente l’ensemble des visites.
Il est ouvert du lundi au vendredi de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 17 heures.
Pour tout renseignement ou réservation, contactez le Centre d’information du public par téléphone au 02.47.98.77.77 ou par mail à cip-chinon@edf.fr

La centrale de Chinon, un acteur majeur du territoire
Quelques chiffres-clés de l’année 2015 :
> 24 milliards de KWh produits sans rejets de CO2 (5,6 % de la production nucléaire française. Soit 40 fois la ville de Tours)
> 2556 femmes et hommes qui travaillent au quotidien pour assurer la sûreté et la disponibilité des unités de production de la centrale nucléaire de Chinon.
> 76 embauches et 89 apprentis pour l’année 2015. Ce qui porte à 624 nouveaux salariés embauchés depuis 2008
> 179 635 heures de formation, soit près d’un mois de formation par salarié et par an
> 73,4 millions d’euros de taxes versées
> 41,3 millions d’euros versés au titre des marchés passés aux entreprises locales et régionales

-> Pour en savoir plus sur la centrale de Chinon




Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

Suivez-nous