logo puissance 2d

Economie
14/11/2017

La Charte d’engagement dans la filière agroalimentaire : une étape importante avant la loi

Les acteurs de la chaîne alimentaire ont signé ce mardi 14 novembre la Charte d'engagement pour une relance de la création de la valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises. La FNSEA, qui a joué un rôle central dans l'aboutissement de cette charte, exprime sa réaction...

Il s’agit pour les agriculteurs d’une étape importante dans la mise en œuvre des conclusions du chantier 1 des Etats Généraux de l’Alimentation, reprises dans leurs principes par le Président de la République dans son discours, prononcé à Rungis le 11 octobre dernier.

En effet, il était nécessaire que les acteurs s’engagent à traduire les évolutions sur la construction du prix « en marche avant » actées par les Etats Généraux de l’Alimentation dans les faits, c’est-à-dire dans les négociations commerciales en cours, car leur traduction dans la loi n’interviendra qu’au 1er semestre 2018.

Tout aussi important : nous avons réussi à convaincre Michel-Edouard Leclerc, le plus réticent des opérateurs mais le premier en part de marché, à signer la Charte. Il était donc essentiel qu’il s’engage lui aussi à adopter les bons comportements dans les négociations commerciales actuelles, sans attendre la future loi.

Cependant, nous savons que les négociations commerciales sont habituellement un moment de fortes pressions entre les industriels et les distributeurs. La FNSEA et son réseau seront donc très attentifs à la nature des négociations et au respect de la Charte d’engagement.

Une autre étape importante est la réussite des plans de filières pilotés par les interprofessions où les agriculteurs attendent également des engagements forts des acteurs, en matière de création et de répartition de la valeur, pour une meilleure rémunération des agriculteurs, conformément aux travaux du chantier 1 des Etats Généraux de l’Alimentation.

C’est la contrepartie que les producteurs exigent à la mise en œuvre de la segmentation du marché et de la « montée en gamme » souhaitées par tous !


Les agriculteurs aussi prendront leurs responsabilités. Ils s’engagent à renforcer l’organisation économique des producteurs qui permet d’établir des relations gagnant-gagnant avec les autres maillons de la chaîne alimentaire, en se regroupant au sein d’organisations de producteurs (OP) et d’associations d’OP et en s’impliquant dans les interprofessions.

Cette implication des producteurs a pour objectif de poursuivre le travail en filières dans un esprit de dialogue, en structurant un lien avec les consommateurs et leurs attentes en matière d’alimentation.

Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

UN EMPLOI ?

Suivez-nous