logo puissance 2d

atouts
19/12/2017

La performance énergétique est de plus en plus valorisée dans l’industrie agroalimentaire en France

Selon l'enquête 2016/17 de l’Observatoire de la maturité énergétique des Industriels de l’Agroalimentaire, la performance énergétique est de plus en plus valorisée dans l’industrie agroalimentaire en France. Explications...


Premier secteur industriel français et européen, l’industrie agroalimentaire (IAA) fait l’objet depuis 7 ans d’une étude détaillée annuelle sur l’état de sa maturité énergétique en France.

Cet Observatoire est mené par l’Institut Orygeen, association à but non lucratif ayant pour mission d’inciter les dirigeants à agir résolument sur les performances énergétiques de leurs d’entreprises
 pour améliorer leur compétitivité et diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre.

 

L’édition 2016/2017 de l’Observatoire a été réalisée en deux phases  : la première auprès d’environ 1.000 sites industriels en se basant sur l’index efficacité énergétique utilisé depuis 2010 et la deuxième auprès des 100 sites les plus performants en utilisant le nouvel index adopté par l’Institut, le World Class Energy Performance Index TM, qui prend en compte les nouveaux leviers dans le secteur de l’énergie.

 

L’Institut Orygeen (ancien institut Okavango) a mené son enquête autour de l’index d’efficacité énergétique sur un échantillon de 983 sites. L’ensemble de ces sites représente près de 69% de la consommation d’énergie du secteur (hors sucre et amidon dont les 31 sites industriels très énergivores ont été exclus des résultats pour ne pas fausser la vision du secteur).

L’Institut a choisi de compléter l’analyse en s’intéressant de plus près à l’évolution des « entreprises leaders » (les 100 meilleurs scores de l’Index d’efficacité énergétique 2016) en utilisant la nouvelle grille d’évaluation de leur performance énergétique utilisant l’index WCEPI, afin d’analyser l’impact des nouvelles opportunités d’optimisation nées de l’évolution du contexte technologique, économique et réglementaire en matière énergétique.

 

Le WORD CLASS ENERGY PERFORMANCE INDEX TM (WCEPI), est une méthode innovante d’optimisation et de management de la performance énergétique basée sur les principes de la performance industrielle développée par les équipes de consultants d’ORYGEEN. L’approche permet d’incorporer tous les nouveaux leviers de performance apparus ces dernières années (liés à la digitalisation des usines, à la récente compétitivité des énergies renouvelables, à la valorisation de la flexibilité…) dans une vision long terme de progrès pérenne.

Les principaux enseignements tirés de la première phase de l’enquête basée sur environ 1000 sites évalués via l’Index d’efficacité énergétique sont les suivants :  

· La maturité en efficacité énergétique des industriels du secteur agro-alimentaire est en nette progression sur les 6 dernières années : la note moyenne augmente de 38% entre 2010 et 2016/17 et atteint 8,9/20.

 

 

· Si le pourcentage des entreprises n’ayant pas ou très peu agit sur leurs consommations d’énergie a rapidement reculé depuis 2012, c’est désormais le pourcentage des entreprises ayant une démarche structurée et transverse d’amélioration continue de leur efficacité énergétique qui croit et atteint 22%.

· L’écart entre les PME et les Grands groupes s’est encore réduit de 8 points entre 2014 et 2016

·  La motivation environnementale vient juste après l’enjeu économique pour 50% des interrogés

La deuxième phase de l’enquête basé sur le World Class Energy Performance Index TM chez les 100 « Leaders » en efficacité énergétique du secteur, a permis d’arriver aux conclusions suivantes : 

·  Les nouvelles opportunités d’optimisation des performances énergétiques liées à la digitalisation des usines, à la récente compétitivité des énergies renouvelables, à la valorisation de la flexibilité, sont encore peu exploitées par les entreprises ce qu’indique la note moyenne des « Leaders » à 40/100. 

 

 

 

·  Seulement 4% des entreprises « leaders » ont la moyenne sur le levier flexibilité énergétique (délestage et « demand-response »)

 

 

·  60% des « leaders » prennent en compte le mix énergétique lors du choix du fournisseur énergétique et 52% des entreprises sont intéressées à court ou moyen terme à lancer une étude sur l’autoproduction solaire. Cependant, seul 12% d’entre elles autoproduisent de l’énergie grâce à des ENR à ce jour. 

·  Les milliers de données disponibles grâce à la transformation digitale sont encore sous exploitées puisque seulement 25% des entreprises observées utilisent des logiciels d’analyse intelligente et de datamining


Une évolution très significative de l’efficacité énergétique depuis 2010

 

 

 

 

L’évolution de la maturité en efficacité énergétique des industriels du secteur depuis 2010 est très forte : 

+ 38,5% sur la note moyenne de l’index d’efficacité énergétique. Une amélioration considérable de la maturité sur les leviers les moins avancés liés au process est notable : re-design des besoins (+245%) et conception alternative (+132%). Ces progrès attestent que les industriels ont désormais intégré dans leur approche de l’énergie que les besoins du process/produit peuvent être remis en cause et optimisés.

Les leviers liés aux hommes, à l’organisation et à la conduite d’exploitation, souvent actionnés en priorité dans les PME, ont aussi fortement progressé : L’Eco-conduite des installations (+63%) et les Comportements (+55%).

Ces leviers sont souvent sans investissements mais se heurtent à la résistance au changement. Leur progrès est un bon symbole d’une plus forte implication du management sur l’enjeu énergie, notamment dans la conduite du changement, et d’une mobilisation plus forte du personnel sur un sujet devenu un enjeu sociétal.

Les leviers qui étaient déjà les plus matures ont plus faiblement progressé mais restent les plus actionnés : L’Optimisation technique (+22%), l’Intégration thermique (+19%), les Achats d’énergie (+14%) et les Investissements durables (+2%)

« De manière générale, on observe une accélération du passage à l’acte de la part des industriels qui s’explique par une anticipation de hausse moyen terme du coût de l’énergie, mais aussi, depuis la COP 21, par une volonté plus marquée et affichée de lutte contre le changement climatique et d’engagement sociétal » conclut Marc Roquette, Président de l’Institut Orygeen.

 

De nouvelles opportunités à actionner   

 

L’approfondissement de l’étude de l’Observatoire 2016/17 avec le nouvel index World Class Energy Performance Index TM montre que les nouveautés dans le secteur de l’énergie ont fait apparaitre de nouveaux leviers qui commencent à être exploités par certaines des entreprises « Leaders » mais qu’il reste encore une forte marge de progression.

68% des entreprises « Leaders » ont déjà installé des softwares de suivi des consommations mais par contre, seulement 25% d’entre elles ont installé des logiciels d’analyse intelligente pour rassembler et analyser les milliers de données disponibles grâces aux capteurs et équipements sur les sites, et les données externes (météo, marché énergétique), afin d’améliorer la performance énergétique.

Alors que les coûts de l’autoproduction solaire photovoltaïque sont désormais compétitifs avec les prix d’achat sur le réseau, seulement 12% des entreprises « Leaders » autoproduisent de l’énergie grâce à des ENR (en incluant la biomasse, la géothermie et le solaire thermique), et uniquement 4% ont prévu d’acheter de l’électricité renouvelable directement sur un champ éolien ou solaire voisin via un PPA.

Bien qu’environ 25% des entreprises « Leaders » ont pris des mesures pour identifier et lisser les appels de puissance énergétiques, de nombreuses entreprises ne sont pas conscientes de l’existence de contrats rémunérant la flexibilité énergétique et uniquement 8% d’entre elles utilisent ce type de contrats.

« Dans un contexte de transformation rapide du monde de l’énergie, les nouvelles opportunités d’améliorations (comme l’adoption de logiciels big data pour agir sur l’efficacité énergétique, la diversification du mix énergétique par de l’autoconsommation ou des contrats PPA, ou la mise en place de contrats rémunérant la flexibilité) peuvent permettre aux entreprises françaises d’augmenter leur compétitivité si elles identifient rapidement les leviers adaptés à leur propre contexte et objectifs puis organisent leur mise en œuvre sur les 3 à 5 années à venir  » explique Jean-Pierre Riche, DG d’Orygeen.

A propos de l’institut Orygeen 

L’institut Orygeen est une association à but non lucratif présidée par Marc Roquette (fondateur et administrateur de Roquette Frères) ayant pour vocation d’inciter les industriels à agir sur leurs performances énergétiques pour améliorer leur compétitivité et diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre.
Concrètement l’Institut mène différentes actions destinées à évaluer et benchmarker la performance énergétique dans l’industrie et à valoriser les actions mises en place.
Ainsi, en parallèle de l’Observatoire National de la Maturité Energétique de l’agroalimentaire, l’Institut réalise depuis plusieurs années d’autres Observatoires tel que celui de l’agroalimentaire en Espagne ou de la filière plasturgie en Hauts-de-France.
Depuis 3 ans, l’Institut organise aussi, sous le haut patronage des Ministères de l’Agriculture nationaux, les Trophées de la Performance Energétique de l’IAA en France et en Espagne.

Orygeen est une entreprise de conseil et services en performance énergétique, née de la fusion de trois acteurs du secteur de l’énergie présents depuis 2006.
Elle propose une solution à 360 degrés grâce à l’expertise d’ingénieurs et au savoir-faire technique d’opérateurs spécialisés. Non seulement
Orygeen accompagne individuellement les entreprises depuis une vision globale jusqu’à la réalisation concrète sur chaque site, mais anticipe aussi les évolutions technologiques pour construire des solutions durables et rentables à long-terme.
L’ambition d’
Orygeen  : devenir le partenaire de référence de la performance énergétique et environnementale des acteurs économiques. Pour atteindre cet objectif, Orygeen a développé « World Class Energy Performance », une méthode de pilotage de la performance énergétique inspirée du lean management.
Elle repose sur quatre piliers : l’efficacité énergétique, la diversification du mix énergétique et l’utilisation des ENR, le stockage et la flexibilité, et les achats d’énergie.

Plus d’information sur www.orygeen.eu

 

Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

UN EMPLOI ?

Suivez-nous