logo puissance 2d

atouts
02/03/2017

Tourisme : la stratégie proposée fait consensus à la Région Centre-Val de Loire

Ce jeudi 2 mars, le Conseil régional du Centre-Val de Loire a adopté à l'unanimité la nouvelle stratégie pour le tourisme, proposée par Christelle de Crémiers. Cette stratégie s’appuie sur les points forts que sont le patrimoine, le tourisme de nature, les itinérances douces. Elle confirme le positionnement « Nature, Culture et Art de vivre ensemble », qui correspond aux réalités de la région, avec une offre très diversifiée permettant d'irriguer les territoires. Du coup,

Il est encore assez rare qu’un rapport soit adopté à l’unanimité au Conseil régional du Centre-Val de Loire pour que le fait mérite d’être souligné. Ce rapport est celui sur la stratégie régionale du tourisme d’ici 2021, présenté en session publique ce jeudi 2 février par Christelle de Crémiers, vice-présidente.

Si les Régions ont hérité de compétences exclusives, le Tourisme reste une compétence partagée. Ce qui implique que « la Région doit avoir une capacité fédératrice pour une question de cohérence, d’autant que le sujet concourt à l’identité régionale  », souligne le président François Bonneau en préambule. De fait, cette stratégie régionale du tourisme doit être un outil de développement économique local, un outil de rééquilibrage entre les territoires, et une opportunité pour rendre le tourisme et les loisirs accessibles à tous, résume Christelle de Crémiers. Et à condition de tenir compte des évolutions sociétales et des attentes des clientèles, de miser sur la qualité de l’accueil pour fidéliser, de renouveler l’offre, et de proposer des solutions de mobilité adaptées aux besoins.

Une réorganisation a permis de ramener le nombre d’offices de tourisme à 60 contre une centaine auparavant, et d’engager un fonctionnement par projets.
"La vraie nouveauté, c’est d’avoir mis fin au cloisonnement", soulignera Christelle de Crémiers. Dans cet état d’esprit, la Région va d’ailleurs nouer un partenariat avec l’Ile-de-France.

Jean-Patrick Gille (groupe SRD) voit dans cette stratégie régionale "une conjugaison de nature, de culture et d’art de vivre". Quant à Florent Montillot (UDC), il loue "un rapport très riche et complet", tandis que Guillaume Peltier, chef de file du groupe UDC, ne manque pas de souligner «  l’ambiance constructive  » qui prévaut au sein de la commission Tourisme, dont il fait partie.
Pour lui, le tourisme c’est l’avenir ; une activité d’intérêt général, qui offre des emplois par centaines et non délocalisables. Au nom de son groupe, Guillaume Peltier fait 4 propositions :

- créer « un navire amiral », une cinéscénie à impact international

- étendre le rayonnement de la Région à la faveur d’un jumelage avec tous les cœurs historiques des nations du monde, partant du principe que le Val de Loire est lui-même un cœur historique, conforté par le label patrimoine mondial de l’UNESCO

- créer un pass tourisme donnant accès à l’ensemble des sites touristiques de la région

- créer une grande école du tourisme
Si les deux premières propositions suscitent plutôt de la réserve et du scepticisme, les deux autres seront développées avantageusement.

Pour sa part, le Front national par la voix ce Mathilde Paris, fait ressortir un point noir dans la région : la qualité de la restauration, et le fait que peu de sites internet valorisent les produits locaux. Elle cite toutefois un exemple à suivre, celui de Berry Province.
Mathilde Paris suggère aussi d’associer un produit gastronomique à l’image des châteaux, de faire en sorte que l’offre hôtelière haut de gamme se développe de même que le tourisme d’affaires, ce qui va de pair.
Des remarques qui trouvent un écho favorable jusque dans le camp des écologistes, par la voix de Gérard Nicaud.
De même, l’avis d’une autre frontiste, Sylvie Rouxel, selon laquele il est nécessaire d’améliorer les formations initiale, continue et par alternance en matière de tourisme, est soutenu en particulier par Marie-Thérèse Linguet (UDC)
.
Celle-ci confirme que «  nous verrions bien une ambition touristique portée plus loin, plus haut », mais pour cela "il faut former, accompagner et fédérer". Marie-Thérèse Lingue plaide aussi pour « un véritable marqueur » sur la formation, avec un cursus en langues étrangères.

Christelle de Crémiers rassure en annonçant que le campus des métiers du tourisme a bel et bien été validé avec Cathy Munsch-Masset, vice-présidente déléguée à l’apprentissage.
Charles Fournier (EELV) pense qu’il serait utile de développer le tourisme scolaire, qui est un outil de fidélisation.

Réhabiliter Le canal de Berry
Le groupe Front national souligne que le Canal de Berry (260km) représente un intérêt touristique majeur pour l’attractivité du val de Cher. Il traverse 3 départements (Allier, Cher et Loir et Cher) de Montluçon à Noyers sur Cher.
Son déclassement en 1955 ; qui avait suscité un véritable émoi des habitants, a été préjudiciable à une unité de gestion et d’entretien.
Il a par endroits été remblayé ou altéré suite à des aménagements urbains. Toutefois il a conservé son caractère pittoresque et de nombreux ouvrages d’arts dont certains sont inscrits aux Monuments Historiques (pont canal de la Tranchasse, pont levis de Mennetou sur Cher, pont canal du Berry à Chatilllon, aqueducs, écluses, gares d’eau...) Il traverse dans le Loir et Cher des communes qui offrent de nombreux atouts patrimoniaux : la cité médiévale de Mennetou sur Cher, la ville de Selles-sur-Cher et son château, Châtillon sur Cher et ses vignobles et passe à proximité de la cité médiévale de Saint Aignan et donc du Zoo de Beauval.
De plus, le développement des véloroutes représente un enjeu de développement touristique et de valorisation du patrimoine bâti et gourmand dont
la vallée du Cher du Loir-et-Cher ne veut être privée.

Et Mathieu Colombier (FN) considère que le développement du tourisme passe par une intermodalité efficace et une amélioration de la qualité des infrastructures, particulièrement dans le sud de la région.

Le prolongement de l’itinéraire de la véloroute le long du Canal du Berry jusqu’à Noyers-sur-Cher (Loir-et-Cher) présente un intérêt touristique essentiel pour le développement de la Vallée du Cher.

D’autre part, si la Région participe au financement de la véloroute du Cher (20 millions) à hauteur de 80%, le projet est à l’initiative du conseil départemental.



Un pass’ tourisme
Elément symbolique du consensus sur les différents enjeux du tourisme pour la région (économie, emplois non délocalisables, attractivité, valorisation des patrimoines historique, culturel et nature, etc.) : l’adoption de l’amendement présenté par le groupe UDC (union de la droite et du Centre) pour faire intégrer au schéma régional le projet d’un Pass’Tourisme régional.
Cet amendement a été « revu et corrigé » en quelques minutes pour tenir compte des remarques apparues lors du débat. Même le Front national s’est accordé après avoir tenté de justifier une abstention par le fait qu’il aurait préféré un Pass par entrées thématiques.

Pierre-Alain Roiron, par ailleurs président du comité régional de tourisme, trouvait l’idée séduisante mais considérait qu’elle est difficilement réalisable maintenant, d’autant qu’il y a des problèmes de coût.
Christelle de Crémiers reconnaît que les arguments accompagnant l’amendement sont cohérents avec les objectifs de la stratégie régionale. Mais la Région a été échaudée par l’échec du Pass lancé sur la précédente mandature avec les grands châteaux.

Alors ? Eh bien, François Bonneau sentant une forme de consensus s’exprimer malgré tout, a proposé d’intégrer l’idée à condition d’associer les professionnels concernés.
D’où la reformulation qui donnera satisfaction à tout le monde, de «  … mettre en place une stratégie de coopération permettant la mutualisation de forfaits et d’offres groupées, en partenariat avec les Départements, les Intercommunalités et les directions des grands sites touristiques ».

Patrice Dézallé

 

En bref

Lire le rapport et les interventions de Christelle de Crémiers, Gérard Nicaud et Alix Téry-Verbe

Centre-Val de Loire : région « hôte d’honneur » du Pavillon France au Salon du Tourisme International de Berlin (ITB Berlin) du 8 au 12 mars. François Bonneau, président de la Région Centre-Val de Loire, Christelle De Crémiers, vice-présidente déléguée au Tourisme, aux Terroirs et à l’Alimentation, et Pierre-Alain Roiron, président du Comité Régional du Tourisme (CRT) Centre-Val de Loire, se rendent au Salon du Tourisme International de Berlin, pour la Journée inaugurale aux couleurs du Val de Loire, en présence de Matthias Fekl, secrétaire d’Etat au Tourisme, le mercredi 8 mars, sur le Stand « Loire Valley » du Pavillon France (Hall1.1).

Future stratégie régionale de l’alimentation. Vendredi 10 mars, de 15 à 17heures est programmée une rencontre départementale de concertation sur la future stratégie régionale de l’alimentation avec les acteurs institutionnels, associations agricoles et de consommateurs, avec Christelle de Crémiers, à l’Espace Région Centre - Val de Loire, au 57 bis rue du Docteur Manoury à Chartres.


Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

Suivez-nous