logo puissance 2d

Acteurs
02/09/2017

Transports collectifs : le Centre-Val de Loire fait rouler Rémi, et gratis pour les scolaires

Ce vendredi 1er septembre, dans le cadre de la loi NOTRe, chaque Région devient responsable des transports interurbains routiers et des transports scolaires, un service qui relevait jusqu’alors des Départements. Dans ce cadre, et dans une démarche d’harmonisation en concertation avec les autorités organisatrices, le Centre-Val de Loire lance un réseau régional unique avec des circuits et horaires inchangés. Un réseau baptisé Rémi, pour Réseau de mobilité inter-urbaine. De plus, ladite Région se démarque des autres : elle est la seule à offrir la gratuité du transport aux scolaires. Cela représente un coût de 12 millions, assumé, tout en occasionnant plusieurs milliers de transferts de la voiture vers les cars...

François Bonneau, président de la Région Centre-Val de Loire, et Philippe Fournie, vice-président délégué aux Transports et à l’Intermodalité, ont dévoilé ce jeudi 31 août à Orléans le nom et l’identité du réseau régional des transports interurbains en Centre-Val de Loire. Il s’agit de Rémi, pour Réseau de mobilité inter-urbaine.

"Le législateur a fait œuvre d’utilité publique", lance François Bonneau en présentant un car pelliculé aux "couleurs" de Rémi, stationné devant la cathédrale et à proximité du Conseil régional.
Une référence à la loi NOTRe, qui donne désormais à chaque
Région la responsabilité d’organiser le Transport public interurbain, avec notamment le transport scolaire.
En région Centre-Val de Loire par exemple, il y a dix fois plus de scolaires à transporter que de non scolaires. Plus de 110.000 scolaires seront transportés à partir de ce lundi par des cars du réseau Rémi. Et de surcroît gratuitement.

 

Orléans, ce jeudi 31 août. Lancement officiel du réseau interurbain Rémi en Centre-Val de Loire et dévoilement du premier car pelliculé.

Conformément aux engagements pris, la Région Centre-Val de Loire est en effet la seule Région à instaurer la gratuité pour les scolaires à partir de cette rentrée 2017.
Après la gratuité des manuels scolaires et le financement des voyages à l’étranger pour les lycéens et apprentis, la Région Centre-Val de Loire affirme donc de nouveau son soutien au pouvoir d’achat des familles, souligne François Bonneau.

Dès fin avril, une distribution de flyers annonçait le nouveau réseau et les modalités d’inscription pour les scolaires à partir du 15 mai 2017 sur le site internet dédié.

"La mobilité est essentielle pour les jeunes", ajoute le président du Conseil régional. "La mise en place à partir du 1er septembre se fait dans l’intérêt des familles".

D’après les inscriptions enregistrées à la date du 17 juillet, il y avait une hausse significative notamment dans le Loiret (23.000 inscrits au lieu de 19.000 précédemment) et en Eure-et-Loir. La gratuité annoncée a eu un effet d’appel évident. Ainsi de nombreux jeunes seront transportés par le car et non plus par la voiture de leurs parents.


Le réseau est repris tel qu’il avait été mis en place dans chaque département, avec au moins tous les itinéraires et les mêmes arrêts, soit 12.000 arrêts.
Les autorités organisatrices et les transporteurs ont été réunis pour que le transfert se fasse en douceur et avec efficacité.
Ce service "est un élément de maillage et d’animation territoriale", met en avant François Bonneau.

Ce service de transport public interurbain est assuré quotidiennement par 1.700 cars. Il est confié à des entreprises de transport spécialisées. Une vingtaine de sociétés différentes, parmi lesquelles les compagnies de taille importante que sont Transdev, Kéolis, Cars Dunois, Europ Voyage ou Darbier, mais aussi des plus petites entreprises dont la flotte est composée d’une dizaine de véhicules.

"Le travail avait été bien fait auparavant. Nous avons réunis les autorités organisatrices et les transporteurs. Nous avons projeté les moyens administratifs qui nous venaient des Départements. Nos services fonctionnent dans la proximité", rappelle François Bonneau.

"Nous assurons l’ensemble du service qui était préalablement assuré. Nous voulons poursuivre le travail d’éducation à l’usage des transports en commun. C’est une occasion pour les jeunes d’apprendre le vivre ensemble. Ce système permet de la sécurité et favorise le respect de l’environnement en évitant à des voitures de circuler", résume François Bonneau.

Les circuits et le service sont toutefois appelés à subir des modifications. "À terme nous allons essayer de créer les meilleures interactions possibles avec les autres systèmes de mobilité, notamment de mobilité à la demande, et bien sûr avec les trains", ne cache pas François Bonneau.

Cette organisation des transports interurbains mobilise un budget global de quelque 150 millions. La gratuité pour les scolaires représente un budget de 12 millions par an.
Le prix à payer pour consolider «  un marqueur d’identité » voulu par la Région, souligne le président.

Il faut rappeler que la Région n’a pas la responsabilité des transports intra-urbains, qui est du ressort de neuf agglomérations ou métropoles en Centre-Val de Loire.

Patrice Dézallé

En bref

Présentation sur le terrain. Dès lundi François Bonneau et Philippe Fournie vont assurer sur le terrain la communication autour de cette nouvelle responsabilité de la Région, dans les six départements de la région, à la rencontre des transporteurs, chauffeurs et usagers.
Première étape ce
lundi 4 septembre à 6h30, autour d’un café d’accueil avec les chauffeurs au dépôt des Rapides du Val de Loire, à Saint-Jean-de-Braye (Loiret).
Idem le lendemain au dépôt d’Alphacars, à Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire), en présence de Cathy Munsch-Masset, Isabelle Gaudron, Benoit Faucheux, et Mohamed Moulay, vice-présidents délégués.
Et vendredi 8 septembre avec les chauffeurs dans le dépôt d’EuropVoyage, à Graçay (Cher).
Les autres déplacements prévus :
Mardi 12 : au dépôt Transports d’Eure-et-Loir de la société Transdev, à Mainvilliers (Eure-et-Loir).
Mercredi 13 :
au dépôt STI Centre de la société RATPDev, à Châteauroux (Indre).
Mardi 19 :
dépôt de la société Simplon, à Ouzouer-le-Marché (Loir-et-Cher).

Pelliculage. Tous les cars ne sont pas encore pelliculés à la marque Rémi. Il est provisoirement indiqué par exemple : Ulys devient Rémi ou FilVert devient Rémi.
Le budget communication pour ce lancement avoisine les 200.000€

Ajustements. Pour les transports scolaires, le passage à la journée de 4 jours, adopté par 30% des écoles cette année, a nécessité quelques ajustements. Reste à trouver une solution pour une dizaine de communes.

Frais de dossier. La Région assure la gratuité du transport scolaire, à l’exception du coût des frais de dossiers. Ces frais sont de 25€ par personne pour l’année, plafonnés à 50€ par famille.

Les apprentis… aussi. Outre la gratuité du transport pour les scolaires, la Région Centre-Val de Loire instaure une deuxième nouveauté : l’alignement du régime des apprentis (ils sont environ 19.000) au régime des lycéens.

Vers une harmonisation tarifaire. Concernant les non scolaires, le prix du ticket pour un trajet n’est pas le même dans les six départements de la région. Il varie presque du simple au double, de 2€ à 3,60€. À terme, il est prévu d’aller vers une harmonisation de ce prix du ticket.

Vers une carte jeune "sécurisante". Pour renforcer la sécurité il est prévu en principe à partir de 2018 un système de badge qui permettra de suivre la présence des enfants. Il permettra aussi d’informer les familles par SMS des situations inhabituelles, comme le non fonctionnement du service en raison d’une météo risquée. « Ce système devrait être concomitant avec le lancement de la carte jeunes, et l’on essaie de voir comment offrir un service intégré à partir de cette même carte  », indiquent François Bonneau et Philippe Fournie.

Site internet. Le site de référence à consulter : www.remi-centrevaldeloire.fr

 

Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

Suivez-nous