logo puissance 2d

Societe
13/11/2017

Un président rural et "urbano-compatible" à la tête du Département du Loiret

Ce lundi 13 novembre, Marc Gaudet, conseiller départemental du canton de Pithiviers, a été élu Président du Conseil départemental du Loiret par l’assemblée (35 voix pour, 6 votes blancs et une abstention). Ce sera son premier mandat à la tête de l'exécutif du Loiret. Il succède à Hugues Saury, qui vient d'être élu sénateur. Maire d'une petite commune de 2.000 habitants, Marc Gaudet est présenté comme "un rural urbano-compatible" par Hugues Saury, ce que ne dément pas l'intéressé.

Un rural succède à un citadin à la tête du Département du Loiret. Ancien maire d’Olivet, ville de quelque 22.000 habitants de l’agglomération d’Orléans, Hugues Saury a cependant défendu la ruralité autant que la ville durant sa présidence.
Son élection au Sénat lui interdisant de poursuivre comme président du Département pour éviter le cumul des mandats, c’est donc un de ses proches, Marc Gaudet, qui a été élu par ses pairs ce lundi 13 novembre pour lui succéder.

Et ce, sans contestation. La liste conduite par Marc Gaudet était la seule en compétition. "Ce qui montre que les collègues de la minorité ont envie de travailler dans le même sens que nous, c’est-à-dire dans la continuité", souligne le nouveau président. Cet été d’esprit a d’ailleurs été souligné aussi par Christophe Chaillou, maire socialiste de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

"L’élection de Marc Gaudet est le signe de l’équilibre recherché par le Département sur l’ensemble du territoire du Loiret, entre milieux urbains et ruraux. La Métropole, elle-même, est extrêmement vigilante à ce que cet équilibre soit respecté entre les communes... L’alliance sincère qui unit nos deux collectivités doit permettre de mettre en œuvre des politiques partagées pour le bien commun de nos concitoyens", a réagi Olivier Carré, Maire d’Orléans, Président d’Orléans Métropole, dans un communiqué.

Le changement de président a été l’occasion d’un très léger remaniement, avec l’élection de deux vice-présidents supplémentaires (de 10 à 12) et la désignation de deux membres de plus à la commission permanente. "L’équilibre est respecté entre ruraux et métropolitains", fait remarquer Marc Gaudet, entouré en conférence de presse par Pauline Martin, Alexandrine Leclerc, Viviane Jehannet, Laurence Bellais, Gérard Malbo et Alain Touchard.

Sur le ton de la plaisanterie, Marc Gaudet se présent comme "rural profond". Ce "rural profond" a en tout cas bien les pieds sur terre.
Il va réduire les effectifs de son cabinet pour compenser l’évolution de la gouvernance.

Le nouveau président en profite pour rendre hommage à ses prédécesseurs : Kléber Malécot, un autre rural, Eric Doligé et Hugues Saury. Il a bien l’intention de s’inspirer de "la méthode Saury", comme il dit : de l’écoute et de la co-construction. Une méthode qui a porté ses fruits.
Marc Gaudet confie en outre qu’il n’est plus encarté dans un parti politique - une tendance forte dans la gent politique locale, semble-t-il - tout en précisant que "dans l’esprit, ma carte est centriste".

"On ne peut rien faire sans la partie urbaine", fait remarquer Marc Gaudet. "Evidemment nous travaillerons avec la métropole d’Orléans, comme nous avons commencé à le faire dès la première année du mandat. Il faudra d’ailleurs que les contacts soient plus réguliers".

Les coopérations, voire les mutualisations, sont devenues indispensables alors que les ressources diminuent. Les voix s’élèvent évidemment contre la baisse des dotations de l’Etat. Marc Gaudet déplore que les Départements ne soient pas respectés dans les missions qu’ils assument. Mais les élus veulent aussi tenir un langage de responsabilité.
"Nous sommes pro-actifs voire novateurs, pour essayer de tirer notre épingle du jeu, notamment grâce à une bonne gestion", fait remarquer Pauline Martin, présidente de la commission
Finances - Ressources humaines - Services supports. Elle considère d’ailleurs que la proposition du Gouvernement de contractualiser est intéressante pour un Département comme le Loiret. "Nous souhaitons une contractualisation individualisée", ajoute Alexandrine Leclercq.

Pour Gérard Malbo et Alain Touchard, il faut s’adapter. Même si ce n’est pas simple. Gérard Malbo cite la prise en charge de l’ensemble des équipements informatiques dans les collèges, qui a été transférée au Département sans contrepartie. Un effet de la Loi Peillon qui se traduit déjà par une dépense de plus d’un million sur la première année.

Reste que "nos concitoyens attendent des choses positives de notre part, et des idées originales", souligne Alain Touchard. Et puis, "notre situation est bien moins dramatique que celle d’autres départements, comme le Tarn et Garonne. Nous, nous allons continuer à investir", indique Marc Gaudet.

Patrice Dézallé

A noter, la 5ème commission : Commission de l’Education, de la Jeunesse, des Sports et de l’Environnement,, composée de 7 membres
Fonctionnement et programmation des collèges. Enseignement supérieur, recherche et transfert de technologies. Jeunesse. Conseil départemental junior. Equipements sportifs et de loisirs. Subventions de fonctionnement et d’investissement aux activités et mouvements sportifs. Actions périscolaires. Actions en faveur de l’environnement (milieux naturels et parcs départementaux, politique des rivières, gestion de la Loire et des levées, gestion des déchets, gestion de l’eau potable et politique en faveur de l’assainissement individuel et collectif). Plan départemental des espaces, sites et itinéraires. Risques naturels. Agenda 21.

- M. Gérard MALBO (Président)

- Mme Muriel CHERADAME

- Mme Nadia LABADIE

- Mme Isabelle LANSON

- M. Michel LECHAUVE (Vice-président)

- M. Jean-Luc RIGLET

- Mme Marie-Agnès COURROY (Secrétaire)

 

Marc Gaudet, un agriculteur ouvert
Marc Gaudet est né le 23 avril 1964 à Pithiviers, de parents agriculteurs. Vivant à Ascoux, il intègre le Lycée Denis Poisson de Pithiviers où il passe un baccalauréat B en 1983. Il réalise ensuite une Licence d’Histoire ainsi qu’un DEUG de Géographie à l’Université d’Orléans.
Entre 1985 et 1993, Marc Gaudet était surveillant externat au Collège Denis Poisson de Pithiviers. Par la suite, entre 1994 et 1997, il devint enseignant vacataire à l’Institut Rural d’Education et d’Orientation à Orléans la Source.
En 1995, il reprit l’exploitation familiale située à Ascoux, commune dont son père était le maire de 1959 à 1983. Le 24 juin 1995, il entama son premier mandat en tant que Maire d’Ascoux, et est réélu sans discontinuité jusqu’en 2017. Il est le co-fondateur de la CUMA des Mille Arpents, une coopérative d’utilisation de matériel agricole en commun, dont il assure la présidence depuis 1997.
Il est ensuite élu vice-président de la Communauté de communes de Beauce et du Gâtinais en 2002.
Depuis avril 2004, il est élu comme Conseiller départemental du canton de Pithiviers. Il devient 1er Vice-président du SDIS en 2008 et Président délégué du SDIS en mai 2015. Au niveau départemental, il est nommé 1er Vice-président en 2015.
Aujourd’hui, à l’âge de 53 ans, Marc Gaudet poursuit son activité d’agriculteur. Il fréquente régulièrement le stade du club de rugby de Pithiviers et se passionne à visiter et découvrir les monuments historiques et lieux de mémoire.

 


Répondre à cet article


Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
Les adresses pour consommer local

Suivez-nous